Le choc (Robin Davis, 1982)

Au-delà d'une histoire archi-rebattue, d'une réalisation terne et de la musique étonnement peu inspirée de Philippe Sarde, ce qui cloche fondamentalement dans le film de Robin Davis, ce sont ses deux acteurs principaux, monolithiques au possible. Ce qui devait être un véhicule pour Delon, devient une caricature autosatisfaite de l'acteur. Sans intérêt.