Un château en enfer (Sydney Pollack, 1969)

Un ambitieux film de guerre rempli de promesses partiellement tenues. Ce qui surprend d'abord c'est le ton employé pour un film de ce type. Bercé par la délicate et superbe musique de Michel Legrand, il est nimbé d'un onirisme troublant, dissèque l'opposition entre Nouveau Monde et Vieux Continent, questionne l'Art face à la destruction. Très ambitieux donc, il n'est pourtant pas exempt -surtout dans sa première heure- d'effets de réalisation passablement vieillis qui rappellent combien l'époque fut propices aux expérimentations plus ou moins heureuses. La seconde partie, résolument guerrière, n'en apparait que plus routinière. Lancaster est comme toujours impeccable. Intéressant mais inabouti.